Captain Poulpy et le voleur d’étoiles

Pour Noël, voici notre surprise, à vous, fans de Poulpy de la première heure. Mascotte phare de notre chaîne YouTube, découvrez aujourd’hui une aventure exceptionnelle et inédite en conte audio.

Texte de l’aventure :

Connaissez-vous l’histoire du Capitaine Poulpy ?

Dans un monde où la politique n’existe pas et le divertissement contrôle les foules, ce corsaire navigue de port en port pour conter ses exploits et faire le spectacle. Seules les plus grandes histoires auront une place dans le cœur des gens et pourront faire de leurs conteurs, les maîtres des lieux.

Poulpy navigue à bord du Black Phoenix, un navire qu’il a lui-même conçu des temps jadis, lui permettant de se déplacer aux quatre coins de la grande mer. Ce bateau a déjà fait frémir ses plus proches ennemis. Ils savent qu’à son arrivée dans un port, la bataille du divertissement risque d’être longue, très longue…

****

Aujourd’hui, l’équipage s’est amarré au port de Santa Nicolas, une petite bourgade toujours enneigée, au Nord du globe. Cependant, une chose les tenait en alerte :

« Il fait nuit ? On y voit rien là-d’dans, s’interrogeait Poulpy.
– C’est bizarre, il est pourtant midi, informait son lieutenant en second.
– Mh… Il se passe quelque chose d’étrange, annonçait un moussaillon.
– Oui… Allons voir ça les amis ! »

Sur cette phrase, le capitaine sauta sur le ponton, suivit de deux membres de son équipage.

****

L’équipage marchait dans le village depuis plusieurs minutes, celui-ci semblait désert. Tous les volets étaient fermés, personne n’était dehors :

« Il y a quelqu’un ?! »

Les trois compères regardaient partout, ils ne voyaient personne :

« Là, dans le ciel ! »

En levant la tête, ils remarquaient que le ciel semblait brisé. Il manquait quelque chose, ici, au centre de tout. Une sorte de trou noir, sans rien, vide de toute lumière :

« C’est comme si… il manquait un truc, non ? se demandait un membre de l’équipage.
– Effectivement… »

Poulpy semblait intrigué alors que le vent envoya un article de presse sur son visage :

« Pouahaïe ! Mais qu’est-ce que… l’étoile a été volé, lisait Poulpy. L’étoile a été volé hier, sur la place du marché […] les habitants en panique.
– Une étoile ? interrompait le second. Comment ça, voler une étoile ? »

Ils regardèrent le ciel :

« Maintenant que tu le dis… »

****

Santa Nicolas est une petite bourgade toujours enneigée, au Nord du globe. Célèbre pour ses concours de barbes géantes et de gros ventres, ce village est aussi très prisé pour son grand marché de jouets en bois. Les habitants ne vivent que pour une chose : fournir aux grands conteurs les meilleurs accessoires pour leurs histoires. A chaque fin d’année, une grande cérémonie est organisée : la fête de l’étoile, emblème du lieu. Cette étoile est unique et éclaire les environs comme aucune autre source de lumière. Son énergie est dite magique. Située au sommet d’un énorme arbre épineux, elle n’a jamais quitté ce lieu. Sans elle, le village ne pourrait exister.

Hélas, il semblerait que quelqu’un de peu scrupuleux s’en est emparé, plongeant la bourgade dans un terrible désespoir.

****

« Mais c’est terrible !
– Oui, avec cet artéfact, n’importe qui pourrait se vanter de contrôler la lumière. Imaginez un spectacle où l’étoile serait au centre de la scène. Les spectateurs en seraient ébahis. Personne ne saurait qu’elle a été en réalité dérobée ; et, lorsqu’ils le sauront, ce sera trop tard. Ils n’auront d’yeux que pour cette troupe de voleurs. Avec cette étoile, ils pourront divertir et contrôler beaucoup de monde… »

Poulpy était très sérieux dans ses paroles. Cette étoile doit vite être retrouvée, où la grande mer appartiendra bientôt aux voleurs de l’étoile.

« Aidez-nouuus… »

Une voix roque venait de derrière eux. Une vieille femme se trouvait là :

 « Aidez-nouuus, voyageurs. Nous ne pouvons vivre sans notre étoile. Nous ne serons bientôt que poussière… »

****

Une légende raconte que sans une lumière étoilée les habitants de Santa Nicolas ne peuvent plus vivre. S’ils se retrouvaient plongé dans l’obscurité trop longtemps, ils ne feraient plus qu’un avec les flocons de neige.

****

« Ne vous en faîtes pas, madame ! Nous allons vous aider, lançait Poulpy quand il se fit interrompre brusquement.
– Ah ! Tu vas l’aider ? Toi ? »

Tout le monde se retourna. Sur le toit d’une maison se tenait un individu masqué sous une cape noire :

« Tu n’es bon à rien, voyons. Tu n’es pas capable de faire correctement les choses. Tu devrais prendre exemple sur moi !
– Qui es-tu ? lança Poulpy.
– Oh oh oh ! Tu le sauras bien assez tôt. Je suis le grand Zo… ooooooooooh »

Devant tout le monde, le personnage glissa du toit givré et tomba au pied de nos compères. De son sac sortait une lumière aveuglante.

« Ah ! Bon bah c’était facile à récupérer en fait, lança le matelot.
– Quel débile, s’offusquait Poulpy »

****

Les trois camarades escaladèrent l’énorme arbre qui trône au centre du bourg. Poulpy n’avait pas placé la pierre lumineuse qu’elle sorti du sac à vive allure afin de se poser, d’elle-même sur son socle. A ce moment précis, un tourbillon de lumière engloba nos amis. L’arbre brilla de mille feux. De nombreuses couleurs jaillirent de ses branchages. Une fresque lumineuse traçait les racines de l’arbre. Chaque maison était pointée par un flux de magie. La ville était comme revigorée, pleine d’énergie. Les volets s’ouvrirent, les flocons de neige volaient tout autour de la place.

« Merci messire »

Enfin à terre, les compagnons découvraient une jeune femme au visage souriant :

« Mais, c’était pas une vieille qui était…, annonça le matelot.
– Chut, tais-toi, l’arrêtait le lieutenant en second »

Le voleur avait disparu… « Z »… Ce nom restait dans l’esprit de Poulpy. Il savait que leur chemin allait de nouveau se croiser. Le monde est si vaste mais pourtant si petit… Il leva les yeux et vit les habitants sortir de leur maison. Tout le monde était joyeux. Des bonhommes de neiges se créèrent grâce au flux des racines lumineuses qui parcouraient le sol jusqu’au port. Elles finirent par atteindre le navire qui s’illumina et se revêtit de son plus bel appareil. Le spectacle était magnifique.

« Mes amis, voici un divertissement qui n’a aucun égal. Personne ne devrait jamais avoir le droit d’y toucher »

Poulpy avait les yeux pleins de rêves et de féerie. Bienvenue à Santa Nicolas, équipage du Black Phoenix, votre voyage ne fait que commencer…

Bligivi

Bligivi

Fondateur du site, adorateur de Mikado au Daim et engloutisseur de pizza.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire